You are here

Sobriété heureuse - c'est quoi? - Venez le découvrir à Delémont du 3 au 23 mars 2013

"Vivre plus simplement, pour que d'autres puissent simplement vivre." (Ghandi)

La sobriété heureuse ou simplicité volontaire est un mode de vie consistant à réduire volontairement sa consommation, ainsi que les impacts de cette dernière, en vue de mener une vie davantage centrée sur des valeurs définies comme essentielles.

Si on peut trouver l'origine de la simplicité volontaire chez les différentes formes d'ascétisme grecque et orientale, ces dernières étaient surtout motivées par une philosophie mystique, et c'est donc surtout chez Épicure qu'on peut voir la réelle apparition du concept de simplicité volontaire. En effet, sa pensée nous invite à discerner le nécessaire du superflu, le naturel de l'artificiel, et à un retour vers la simplicité. En Occident, les communautés monastiques furent les premières organisations de vie à choisir volontairement la frugalité et à pratiquer l'autosuffisance. Saint François d'Assise est aussi considéré comme un modèle de simplicité volontaire. En Orient, on trouve également de nombreux modes de vie (hindouisme, bouddhisme) prônant la simplicité volontaire. La vie de Gandhi est un exemple de simplicité.

Au XXe siècle, face aux dérives de la société industrielle, cette notion resurgit.

Ivan Illich et son ami Jacques Ellul sont considérés comme deux des pères de l'idée de décroissance et de simplicité volontaire comme concept politique. Le courant se développe depuis les années 1980 dans plusieurs pays industrialisés à travers la pensée du philosophe André Gorz, d'économistes comme Nicholas Georgescu-Roegen, Tim Jackson, Serge Latouche ou du journaliste Paul Ariès ainsi que de l'agroécologiste Pierre Rabhi, entre autres.

Aujourd'hui, vu la grave crise financière, écologique et sociale que nous vivons, ces voix se font de plus en plus insistantes pour plaider en faveur d’un changement radical de notre mode de vie et mettre en question le mythe de la croissance infinie. Poursuivre dans cette voie sur une planète aux ressources limitées est suicidaire. La croissance n'est pas une solution, mais un problème.

Du 3 au 23 mars 2013, nous proposons au public de découvrir quelques pistes de réflexion à travers films, débats et activité pratique (cuisine).

Tag: