You are here

Portrait de Megaron Txucarramãe, gardien de la flamme du Cacique Raoni et du peuple Kayapo

Programmée dès l’échec du sommet de Rio +20 sur le développement durable, la campagne « Urgence Amazonie » permet au Cacique Megaron de revenir en Europe pour la première fois depuis presque un quart de siècle, aux côtés de son oncle Raoni Metuktire, dont il prendra la relève après cet ultime déplacement sur notre continent.

Père de neuf enfants, le Cacique Megaron est, lui aussi, une inspiration pour la jeunesse de son peuple. Sa fille Mayalu est la fondatrice du mouvement de la jeunesse Mebengokrê.

Entendez son message, répondez à son appel !

C’est l’autre grand Chef Kayapo, celui qui prendra un jour la relève du Cacique Raoni, qu’il épaule déjà depuis plus de 40 ans. Peu connu dans le reste du monde, le Cacique Megaron est une légende au Brésil pour toutes les populations
indigènes.

Pugnace, inflexible, fougueux et déterminé, il est incontestablement l’un des piliers du front international de la lutte pour la préservation de la forêt amazonienne et de ses peuples indigènes.
Son statut de fonctionnaire de la FUNAI (Fondation Nationale de l’Indien) ne l’empêche pas de s’opposer violemment contre certains projets portés par le gouvernement, tel celui du barrage de Belo Monte. C’est d’ailleurs sa virulence à l’encontre de Belo Monte qui lui a valu d’être démis de ses fonctions de coordinateur général du canton de Colider (Mato Grosso), au printemps 2012.
Megaron Txucarramãe (Mekaron‐ti dans sa langue, ou « esprit fort »,« âme grande ») est né en 1950 dans le village de Kapot. Il fait partie, comme le Cacique Raoni Metuktire, de la branche Mebengokrê (signifiant « ceux qui sont arrivés par
l’ouverture des cieux ») du peuple Kayapo et n’a que 4 ans lorsque les frères Villas‐Boas, célèbres indigénistes brésiliens, effectuent le premier contact avec son ethnie, réputée pour être la plus farouche de toute l’Amazonie.

En 1964, il est l’un des cinq jeunes indigènes à rejoindre le poste des frères Villas‐Bôas dans le Haut Xingu pour y apprendre le portugais. Son oncle, Raoni, qui deviendra un jour le grand Chef connu du monde entier, travaille déjà auprès
d’Orlando Villas‐Bôas depuis le premier contact de 1954. Tous deux seront parmi les premiers de leur peuple à jeter une passerelle entre les deux mondes, celui des « kuben » (blanc) et le leur, ce qui soudera leur complicité pour la vie. Ils
n’auront dès lors de cesse de partager tous leurs combats, souvent au péril de leur vie.

Guerrier, chef politique, Megaron Txucarramãe connaît une ascension fulgurante au sein de la FUNAI, l’organisme d’Etat qui remplace le SPI créé par le Maréchal Rondon pour protéger –mais aussi placer sous tutelle‐ les peuples indigènes du
Brésil. Il y entre en 1971 en tant que canotier, devient chef de poste au village Kayapo de Kretire en 1977 avant de devenir, de 1984 à 1995, directeur du Parc National du Xingú. Il occupe cette fonction à haute responsabilité lorsqu’il participe auprès du Cacique Raoni, du chanteur Sting et du leader sioux Red Crow à une campagne internationale pour protéger les territoires Kayapo restée dans les mémoires (avril‐juin 1989). La présidence de la FUNAI lui tend les bras en 1995, mais le Brésil n’est alors pas encore prêt à confier ce posté clé à une personnalité indigène.

A la pointe du combat contre le barrage de Belo Monte, projet avorté en 1989 puis réactivité sous la mandature du président Lula Da Silva, le Cacique Megaron Txucarramãe reçoit le soutien de la totalité des associations et fédérations
indigènes de son pays lorsqu’il est démit, à l’automne 2011, de ses fonctions de coordinateur de la FUNAI du canton de Colider (Etat du Mato Grosso), en raison de son militantisme.

Programmée dès l’échec du sommet de Rio +20 sur le développement durable, la campagne « Urgence Amazonie » permet au Cacique Megaron de revenir en Europe pour la première fois depuis presque un quart de siècle, aux côtés de
son oncle Raoni Metuktire, dont il prendra la relève après cet ultime déplacement sur notre continent.

AttachmentSize
cacique megaron.jpg28.91 KB
kapot-ninhore.png501.01 KB
belo monte.jpg109.78 KB
argent ne se mange pas.jpg42.01 KB