You are here

D'ici 2030, même une 2e planète ne nous suffirait pas

L'empreinte écologique de la Suisse est parmi les pires mondiales, selon le rapport WWF «Planète vivante». Selon ce bilan de santé, les citoyens du monde consomment 50% de ressources en trop.Le Val di Carassino, à cheval sur les cantons des Grisons et du Tessin.

Le Val di Carassino, à cheval sur les cantons des Grisons et du Tessin.
Image: Keystone

«Nous vivons comme si nous avions une seconde planète à notre disposition. Si nous ne changeons pas de mode de développement, en 2030 même les ressources d’une seconde planète ne seront pas suffisantes», a averti James Leape, directeur général du WWF en présentant le rapport à Genève.

«La planète est très malade», a-t-il ajouté. «Ignorer ce diagnostic aura des implications majeures pour l’humanité», a-t-il souligné, cinq semaines avant le sommet Rio+20. Le rapport met en cause la croissance de la population mondiale, quelque 9 milliards d’habitants en 2050, la surconsommation ainsi que l’urbanisation.

La Suisse pire que la France

Le WWF a calculé l’empreinte écologique de chaque pays par habitant. Le Qatar est le pire des pays, devant le Koweït, les Émirats arabes unis, le Danemark, les Etats-Unis, la Belgique, l’Australie, le Canada, les Pays-Bas et l’Irlande. La Suisse est au 24e rang. Elle figure donc parmi les pays les plus polluants.

La France est 26e, l’Allemagne 33e, l’Italie 35e. Sans surprise, les pays les plus pauvres, comme l’Afghanistan, Haïti, l'Érythrée, le Bangladesh et Timor-Leste sont ceux qui polluent le moins et utilisent le moins de ressources naturelles.

Si chacun devait vivre comme un Américain moyen, il faudrait quatre planètes pour répondre aux besoins de l’humanité, affirme le WWF. L’ONG a calculé l’empreinte des pays émergents, les BRICS, par rapport aux Etats-Unis. La Russie représente 61% de l’empreinte des Etats-Unis, le Brésil 40%, l’Afrique du Sud 36%, la Chine 29%, l’Indonésie 15% et l’Inde 12%.

Biodiversité en recul

Le WWF a mesuré aussi la «biocapacité» de chaque pays. Petit pays, la Suisse n’arrive à cet égard qu’au 88e rang, ce qui veut dire qu’elle dépend fortement des autres pays. Des pays comme le Gabon, la Bolivie, la Mongolie, le Canada et l’Australie sont en tête de ce classement en raison de leurs ressources naturelles. Singapour est le pays dont la biocapacité est la plus faible.

Le rapport dénonce également les pertes de la biodiversité. Au cours des 40 dernières années, depuis 1970, la diminution est de 30% pour les espèces vivantes, selon le WWF. La situation est la plus grave dans les zones tropicales, où la diminution est de 60%.

Le rapport avertit que si les émissions de gaz à effet de serre continuent de croître, de nombreuses régions du monde subiront des augmentations moyennes de température de plus de 2 degrés dès 2040.

Le WWF fixe seize actions prioritaires qui pourraient stopper cette évolution, en préservant le capital naturel, réduisant le gaspillage et consommant moins. La demande énergétique devrait baisser de 15% d’ici 2050 par rapport à 2005 grâce aux économies d’énergie.

Source: http://www.tdg.ch/savoirs/environnement/ici-2030-2e-planete-suffirait/st...

Plus d'infos: http://wwf.panda.org/about_our_earth/all_publications/living_planet_report/