You are here

2012/04/12, Rio+20: consultations autour du "zero draft"

/Update 12 avril 2012
Ajout de la dernière version consolidée des chapitres + et IV: CoChairs' suggested text integrated into Parts I and II 4 Apr noon clean (2).doc suite aux premières négociations à New-York

/Update 28. February 2012
Document consolidé avec les derniers commentaires

/Update 2. February 2012 - 9:29
Premiers commentaires aux Chap III-V du "zero draft" et commentaire général sur l'état actuel des 2 premiers chap. du "zero draft". /Update 22. January 2012 - 08:57 Le document résultant de la prise en compte de tous les commentaires des différentes PPP est disponible.

/Update 20. January 2012 - 10:48
Nos commentaires sur les commentaires des autres parties prenanantes au processus sont à lire dans les commentaires.

/Update 16. January 2012 - 13:52
Notre prise de position est à lire dans les commentaires.

/Update 19.1.2012
Un délai (extrêmement court à aujourd'hui 19 janvier 2012), nous est laissé pour répondre à l'ensemble des commentaires au "zero draft" consolidés dans le document annexé.

Si vous le souhaitez, c'est avec plaisir que nous transmettrons vos commentaires.

--- *** --- !!!

Faites-nous parvenir vos commentaires au plus tard lundi 16.1.2012 afin d'assurer qu'ils soient pris en compte !!!

Les choses sérieuses commencent. Le "zero draft" est désormais disponible. L'analyse du document diffère selon les participants. Tous relèvent avec satisfaction que beaucoup des points soutenus par la Suisse sont repris dans le document, ce qui est gratifiant, et encourageant. Mais certains notent aussi qu'aucun engagement ferme (commitment) n'est soutenu, ni même proposé dans le dit document.

Les SDG's, sans commitment, sont vidés de toute leur substance, à la satisfaction de certains pays du G77, Etats-Unis en tête. Une base de donnée est sensée répertorier les engagements volontaires pris par les uns et les autres. Mais est-il encore temps pour de telles tergiversations ? Il y a 20 ans, au sommet de la terre de Rio, les participants avaient jugé "inutile" d'ajouter un volet contraignant aux propositions de Rio, les Etats étant suffisament bien armés pour établir leur propre agenda à partir des propositions émise lors du sommet.

20 ans après, force est de constater que cette "bonne volonté" a été très relative, et est restée très limitée géo-politiquement ... Allons-nous tirer les leçons du passé ? S'il est opportun de laisser une certaine liberté aux Etats quand à la façon d'atteindre des objectifs, il est indispensable que ces objectifs soient communs, et donc contraignants. Ils peuvent être échelonnés dans le temps, modulés selon les possibilités et préférences d'un Etat, mais doivent impérativement rester COMMUNS. Et donc garder un but COMMUN à long terme. Et ce but doit faire l'objet d'un ENGAGEMENT formel COMMUN (commitment) de toutes les parties prenantes au sommet.

PLUS DE TERGIVERSATION !

Le public ne nous le pardonnerait pas. Et d'ailleurs, avons-nous vraiment encore le temps ?!? Ce sommet, plus que tout autre, doit marquer un changement de route. Sous peine de percuter prochainement l'isberg fatal. Et l'histoire est connue, il n'y a pas de canots de sauvetages pour tout le monde. Les passagers de "1ère" classe étant mieux lotis que ceux logés dans les soutes. Mais ne vous étonnez pas si un jour les passagers de 3ème zone se révoltent, et cherchent à renverser la pyramide du pouvoir. D'ailleurs qui s'oppose à un tel consensus ? Pas l'UNECE qui a appelé de ses voeux un tel dénouement. Une puissance vieillissante, incapable de remettre en question son "style of living" ? Ne voit-elle vraiment pas que son "style" n'est pas soutenable, ni pour elle, ni à plus forte raison pour le reste du monde ? Ou n'accepte-t-elle simplement pas le spectre de sa propre "déchéance" ? Dans un cas comme dans l'autre, prenons le risque de créer un monde meilleur sans elle. Elle aurait pû, "dû", être le leader de cette évolution. Il n'est plus temps de l'attendre ...

Quand aux autres supposés réticents à des engagements fermes, pays émergents à l'image de la Chine, de l'Inde ou même du Brésil, ces pays continents sont OBLIGES de résoudre les défits du développement durable à leur échelle, sous peine d'extinction ! Si un accord global leur est soumis dans des conditions culturellement acceptables, ils seront les champions de cette nouvelle ère. Et personne ne pourra résister à la force conjointe de l'UNECE plus 1 ou 2 de ces pays continents ... Ne soyons donc pas timide dans ce que nous exigeons ! C'est l'avenir de nos enfants pour les prochains 50 ans que nous dessinons.

Merci de vous loguer pour voir le document "The Futur we want" annexé