You are here

8 décembre: Quel aéroport pour demain ?

Dans le cadre de sa campagne de sensibilisation sur les changements climatiques auprès du grand public, Noé21 (http://www.noe21.org) organise des cafés climatiques et énergétiques dans différentes communes du canton.

Ces cafés se déroulent sous forme de discussions informelles mais menées par un expert afin de permettre de vulgariser au mieux les sujets abordés.

Le prochain café aura lieu le jeudi 8 décembre de 18h à 20h au café Gavroche, 4 Blvd James-Fazy et le thème discuté sera

Quel aéroport pour demain?
Conséquences de l'augmentation des vols et solutions envisageables.

Lisez le compte rendu d'une réunion très instructive, constructive et factuelle grâce au travail de l'association Noé 21 d'une part, et la présence de M. Jobin d'autre part.

Quelques chiffres:

Si ont prend simplement comme base le Kérosène vendu à Genève (avioné comme aime à le préciser M. Jobin), ce kérosène participe pour 1M T à la production à l'échelle du globe de CO2.
(Le Kérosène avioné est tout ou partie consommé ailleurs dans le globe. Tout ou partie du kérosène consommé à partir de Genève est avions ailleurs, d'où la difficulté de déduire des chiffres de consommation exacts, mais l'ordre de grandeur reste représentatif).

L'Aéroport lui-même représente 55'000T CO2

Si on rapportait à l'échelle du canton ce million de tonne de CO2, à titre purement représentatif, cela représente 1/3 émissions CO2 de du canton !

C'est dire si la question des émissions induites par l'activité d'un Aéroport de la taille de celui de Genève est importante.

Il faut rappeler aussi qu'en matière légale, selon la LTO, seuls les émissions situées sous 1'000 pieds sont comptabilisées ...

En matière de trafic passager, on constate une augmentation de 63% sur les derniers 10 ans, en grande partie induite par l'offre "low- cost" présente à Genève.

Pourtant le Conseil d'Etat veux Aéroport haut-gamme, mais dans les faits c'est l'activité low-cost qui s'est largement développée à Genève.

Des sites comme www.routerank.com permettent de calculer la production de CO2 lors d'un trajet, le temps nécessaire, le coût, et ce selon différent mode de transport.

Ainsi un Genève-Barcelone génère 138kg CO2 par avion, contre seulement 22kg en train.

Mais le train prend 9h30 et coûte 140.-, contre seulement 1h30 pour l'avion et 60.- (meilleur prix disponible à l'heure d'écrire cet article).

Sachant qu'en moyenne un Suisse/genevois produit environ 7T CO2 / an.

11 T si on inclu émissions en Chine

La Terre ne supporte que 1T / habitant ...

Il faut rappeler que le trafic aérien est absent de toute régulation, il n'y a pas de taxe sur le kérosène (pour le trafic commercial international).
En Suisse, la loi sur le CO2 ne couvre pas kérosène.

Une nouvelle loi européenne (ETS ?) laisse néanmoins quelque espoir.

3 axes d'actions possible
1 Efficacité: mais le domaine a une aversion (naturelle …) très forte au risque , ce qui restreint le développement technologique
2 Combustible renouvelable, mais pas en compétition avec nouritture (et d'autres problèmes subsistent)
3 Sobriété: réduire consommation

Les SIG ont, eux, compris cette nécessité, et encouragent à consommer moins
Idem pour aéroport ?!?

La loi dit que l'Aéroport se doit d'offrir l'accès, accepter TOUT le trafic (cette définition remonte au 20 siècle …).
Du ressort fédéral
Certification, ch. 16 Chicago

Il faudrait vendre un service: "mettre en contact les gens"

Comme le "Froid" ds le cas du frigo (et pas ++ électricité)

La "Surcharge de bruit" est le plus souvent assimilée comme un "droit de polluer".

Et une taxe doit être scientifiquement éprouvée.

Reste aussi le problèmes des NOX et des suiez (kérozène non brûlé).

Le kérosène est, consciemment ou non, perçu comme un "lubrifiant" de l'économie.
Lula, Chirac ont défendu une taxe sur les billets d'avion.
Cette taxe n'est prélevée qu'en France et Allemagne, et doit servir financer des projets dans le tiers monde ,ce qui est d'ailleurs contraire à l'OACI puisque les taxes perçues dans le domaine de l'aviation ne peuvent, théoriquement, être utilisées que pour l'aviation.

Il faut un renversement fiscal: "tax bad, not goods"
Taxe progressive au fil du temps, prévisible

Une taxe doit être en concurrence avec quelque chose pour être efficace.
Train 3x plus cher, 5x plus lent :(

1L kérosène génère 2.2 kg CO2

Il y a 25-26 points de mesure de la qualité de l'air sur le canton, les teneurs en CO2 sont normales.

La pollution par le CO2 est souvent perçue comme se "résolvant" toute seule car le CO2 se dissous dans l'air, et n'est donc présent qu'en quantité raisonnables lorsque on en mesure la teneur.

Mais la dilution ne résoud rien au niveau global ...

La pollution au CO2 est dites "non-localisée", et le CO2 émis en altitude 2-3x plus polluant.

Il faut "maitriser" la pollution

Propositions:

Taxe 100.- à partir du 2nd vol ?
Charte individuelle comportement ?
Responsabilité citoyenne ?
"Coupons", prenant en compte le risque écologique (comme à l'époque de la guerre pour les denrées de première nécessité) ?

Les DTQ (Domestic Tradable Quota) testé en Angleterre permettent de respecter la liberté individuelle tout en atteignant des objectifs globaux.

A titre d'exemple, réduire sa consommation de viande représente un potentiel d'économie de 300 kg CO2 / an au maximum (végétarien).

Seuls 2% des passagers compensent leurs émissions CO2 ...

Remplacer TVA par taxe sur le CO2 ?

Rappel: Il y a 30 ans, il fallait 3 mois salaires pour traverser l'atlantique

Exemple: En Californie, l'électricité de base est bon marché, mais plus chère quand on dépasse un certain seuil.
Faudrait-il faire la même chose avec les déplacements ?

M. Jobin:

Kérosène PAS taxé SI et seulement SI compagne commerciale internationale (privé et national, aviation légère: taxés)

Aéroport est un établissement publique autonome

Depuis 1956, pas d'extension territoriale possible

20M max. passagers (13M aujourd'hui)
Dans 3-5-10 ans la limite sera atteinte

Rapprochement avec Lyon souhaitable
1300h, plus réservé 800h
Potentiel de 4 pistes parallèles

Bâle a aussi une réserve de capacité.