You are here

Rio+20: L'horloge tourne, inexorablement ...

La quatrième conférence des Nations Unies sur le développement durable depuis 1972 aura lieu au Brésil en 2012. La communauté internationale y débattra des très nombreux problèmes qui se posent en matière d’environnement, de ressources et de climat.
Deux thèmes seront au centre de cette conférence de l'ONU sur le développement durable: « l'économie verte » et le cadre institutionnel du développement durable.

La Conférence Rio+20 en 2012 vise avant tout à renouveler l’engagement politique à long terme en faveur du développement durable. Par ailleurs, il s’agit d’identifier les progrès accomplis jusqu’à présent ainsi que les lacunes qu’il reste à combler dans la mise en œuvre de la déclaration sur le développement durable. De plus, il convient également d’aborder les défis à venir.

Deux thèmes au centre des débats:

  • Le passage à une économie verte dans le cadre du développement durable et de la réduction de la pauvreté:
    une économie verte doit prendre en compte la rareté des ressources naturelles, car il faut arrêter d’en consommer plus qu’il n’en existe. En outre, l’économie verte doit aussi contribuer à réduire la pauvreté grâce au développement économique.

  • Le cadre institutionnel du développement durable: la gouvernance:
    pour qu’il y ait développement durable dans les domaines environnemental, économique et social, il est nécessaire d’adopter des directives et des réglementations nationales et internationales.

Au sein des Nations Unies, ce sont principalement trois conférences qui, de par leurs résultats, jalonnent l’historique du développement durable.

Stockholm 1972: priorité sur l’environnement.
La première conférence des Nations unies sur l’environnement se déroule à Stockholm, en 1972. Elle marque le début d’une politique internationale en matière d'environnement. La Déclaration de Stockholm, et à travers elle la communauté internationale, reconnaît pour la première fois la nécessité d'une coopération transfrontalière en faveur de la protection de l'environnement. Au droit des Etats à exploiter leurs propres ressources s'oppose désormais l'obligation qui leur est faite de veiller à ce que leurs activités ne portent pas préjudice à d'autres Etats.Le Programme des Nations unies pour l‘environnement a été fondé suite à la conférence. Son siège principal est à Nairobi et il fait entendre la voix de l’environnement dans l’enceinte onusienne.

Cette rencontre marque le début de la politique internationale en la matière. Le 5 juin, date de son ouverture, est d’ailleurs deve­nu la Journée internationale de l’environnement. Dans la Déclaration de Stockholm, la communauté des Etats reconnaît pour la première fois la nécessité de coopérer par delà les frontières afin de protéger l’environnement. Le Programme des Nations Unies pour l’environnement voit le jour la même année.

Rio de Janeiro 1992: priorité sur le développement durable.

En 1992, Rio accueille la Conférence des Nations unies sur l’environnement et le développement (United Nations Conference on Environment and Development, UNCED) qui a vu la formulation de principes importants, tels que le principe de précaution ou le concept de développement durable. Lors de ce sommet, la communauté internationale a adopté un programme d’action pour le développement durable du XXIe siècle, l’Agenda 21. Cette conférence a obtenu d’autres résultats importants, notamment, la Déclaration de Rio sur l’environnement et le développement, accompagnée des principes de Rio, la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques, la Convention sur la diversité biologique, la Convention sur la lutte contre la désertification, ainsi que les principes de gestion des forêts.

Résultats: Au Sommet de la Terre, la communauté internationale s’entend sur certains grands fondements, comme le principe de précaution ou la notion de développement du­rable. La réunion aboutit aussi à l’adoption de la Convention­ cadre sur les changements climatiques, de la Convention sur la diversité biologique et de l’Agenda 21.

Johannesburg 2002: priorité sur la dimension sociale.
En 2002, Johannesburg accueille le Sommet mondial sur le développement durable (World Summit on Sustainable Development, WSSD). La portée de l’Agenda 21 a été renforcée, soulignant la nécessité de le mettre uniformément en œuvre à l’échelle mondiale. A l’issue de la Conférence, un Plan de mise en œuvre a été adopté. Il fixe de nouveaux objectifs pour certains domaines comme les produits chimiques, les déchets ou la biodiversité. Par ailleurs, de nombreux partenariats ont été approuvés pour faciliter la mise en œuvre.

Résultats: En Afrique du Sud, les participants formulent de nou­velles priorités et de nouveaux program­mes qui précisent la stratégie du développement du­ rable. Ils fixent par ailleurs des objectifs (assortis de délais de réalisation) en matière de biodiversité, de produits chimiques et dans d’autres domaines spéci­fiques.

2012, priorité: économie verte et gouvernance.
C’est au Brésil que se tient la conférence Rio+20 en 2012, dont l’objectif central est de renouveler l’engagement politique en faveur du développement durable. Les deux thèmes principaux sont la réalisation d’une économie verte axée sur le développement durable et la réduction de la pauvreté, ainsi que le cadre institutionnel du développement durable, soit la gouvernance. Pour en savoir plus sur l’historique du développement durable au sein des Nations unies.