You are here

13 octobre: TDG, le quartier Bellavista à Meyrin va baisser sa consommation d'électricité de 20%

Les SIG ont lancé une opération pour réduire la facture énergétique d'un millier de foyers meyrinois.

13.10.2011 08:01 Opération réduction des dépenses énergétiques dans le quartier Bellavista à Meyrin. Depuis le 3 octobre, une armée de petits bonshommes verts sillonne les immeubles du quartier. Bardés de parkas fluo estampillées « Opération doubleco », ces spécialistes de la traque aux énergivores ont pour mission d’éradiquer la consommation électrique de 130 foyers sur le millier d’appartements de type HLM. Pour cette mission, les Services Industriels de Genève installent à titre gracieux du matériel économe chez l’habitant et prodiguent les bons conseils. L’envergure de l’opération a nécessité l’arrimage du vaisseau amiral d’Eco21 dans les sous-sols de l’école Bellavista. Là, une vingtaine de gentils envahisseurs préparent la colonisation des foyers énergivores. Avant le voyage interélectrique, chaque écoexpert se munit de bagages au contenu révolutionnaire: ampoules économes, leds, multiprises et interrupteurs déportés. Conseillère en «écogestes», Nadia, 20 ans, attaque sa première visite de la journée. Sur le pas-de-porte, Anne-Marie Clausen, retraitée souriante. Direction la cuisine pour un état des lieux. Frigo, congélateur et plafonnier sont passés au crible. Verdict : les ampoules halogènes seront changées pour des leds, «neuf fois moins dépensières», explique la conseillère énergétique. Le frigo passe la rampe, avec trois années au compteur. «Il a un bilan Classe A+ », déclare fièrement la retraitée. Bémol, la température du congélateur affiche -21 degrés. « Trop froid de trois degrés », remarque la jeune femme, qui s’empresse de tempérer la machine. Avant d’apprécier l’usage d’une bouilloire, «bien plus économe qu’une casserole portée à ébullition», dixit l’experte. Deuxième pièce, le salon. Les multiprises avec interrupteur remplacent celles qui en sont démunies, puis le conseil : «N’oubliez pas de les éteindre le soir ou lorsque vous vous absentez », rappelle gentiment l’invitée. La chasse aux appareils en veille est ouverte. « Les stand by coûtent en Suisse l’équivalent de la production d’une petite centrale nucléaire chaque année», explique Armand Rezzonico, le responsable opérationnel de l’action dans le quartier. Quatre sont en activité dans le pays. A l’heure de la sortie du nucléaire, la lutte contre les veilles est vitale.» Retour au salon. Les prises de l’installation télévision hi-fi sont fichées dans un interrupteur déporté. «Sur simple pression, vous coupez réellement le courant après utilisation», explique la jeune femme à son hôte, Anne-Marie Clausen. La visite se poursuit, pièce par pièce. Après une heure d'expertise et de changement d'ampoules, voilà l'appartement écocompatible. «Nous souhaitons réduire la consommation énergétique du quartier de 15 à 20 % », explique le chef du projet Frédérik Chappuis. L’opération, la quatrième du genre, s’inscrit dans une politique d’économie de l'électricité à l’échelle cantonale et fédérale. Les SIG se sont d’ailleurs engagé à gagner 150 giga kilowatt-heure d’ici à fin 2013, soit l’équivalent de la consommation de 50'000 ménages à Genève. «Pour économiser de l’énergie, deux facteurs se distinguent, poursuit le chef de projet : une installation économe et un comportement de consommacteur, soucieux des dépenses énergétiques.» A bon interrupteur, salut! Julien de Weck Source: http://tdg.ch/geneve/actu/quartier-bellavista-meyrin-guerre-contre-energ...

Tags: