You are here

30 septembre: LeCourrier, soulager l’environnement et les plus démunis

ENERGIE Le programme éco21 des Services industriels de Genève aide les ménages modestes à économiser l’énergie. Cette mesure plébiscitée à Onex arrive à Meyrin.

Economiser de l’énergie et aider les personnes à bas revenus à réduire leurs factures. Initiées par les Services industriels de Genève (SIG), les opérations «écosociales» menées dans le cadre du programme éco21 s’adressent aux habitants les plus défavorisés du canton. A l’heure où Meyrin découvre ce concept novateur, Le Courrier a fait le point sur l’expérience onésienne qui a débuté il y a cinq mois.

En avril dernier, des conseillers des SIG ont proposé leurs services aux locataires des fondations Emile Dupont et Parloca de la Ville d’Onex, dans la banlieue de Genève. A ceux qui le souhaitaient, ils ont offert de remplacer gratuitement leurs ampoules traditionnelles par des économiques (6779 ampoules changées), d’installer des multiprises permettant de couper les veilles (864) et d’échanger leur halogène énergivore par un luminaire fluocompact sur pied (131). Quelque 300 bouilloires ont en outre été offertes aux habitants qui n’en disposaient pas.

Matériel et conseils gratuits
Le succès a été au rendez-vous, le taux de participation (87%) ayant largement dépassé les objectifs avec 688 appartements visités sur un total de 787 visés. En plus de la visite gratuite et du matériel offert, qui se monte en moyenne à 450 francs par foyer, les locataires possédant un vieux frigidaire ont reçu un chèque cadeau d’une valeur de 500 francs pour acquérir à moindre prix un appareil énergétiquement efficient. Cent quatre-vingt trois chèques ont été utilisés, éliminant autant de réfrigérateurs trop voraces.

«L’économie d’électricité réalisée est de l’ordre de 15%, l’équivalent de la consommation de 100 appartements! En moyenne, les ménages ont vu leur facture annuelle diminuer de 100 francs», se réjouit Frédérik Chappuis, conseiller éco21 aux SIG. La même opération a déjà eu lieu dans les quartiers verniolans des Libellules (352 appartements visités) et de Mouille-Galand (502 appartements), et commence aujourd’hui à Meyrin, dans la zone de Bellavista (lire ci-contre). Les trois premières opérations ont permis des économies estimées par les SIG à 560 000 KWh.

Les SIG prenant en charge la majorité des coûts, le programme pèse peu sur le budget des communes. La Ville d’Onex, par exemple, a contribué à hauteur de 45 000 francs, sur un total de 314 000 francs.

«Ma facture a baissé»
La satisfaction est de mise du côté des habitants, comme en témoigne Bajram Sylejmani, locataire depuis dix ans d’un appartement à l’avenue du Gros-Chêne: «Avec trois enfants, cela vaut la peine d’essayer. Nous avons reçu beaucoup de matériel lors de la visite. Depuis, nous avons jeté notre congélateur qui avait plus de dix ans et avons acheté, grâce au chèque, un grand frigo-congélateur qui consomme beaucoup moins. Je suis très content. Ma facture a déjà baissé et je serai encore plus content si elle continue à diminuer!»

Partenaire de l’opération, la Ville d’Onex affiche aussi le sourire: «En tant que Cité de l’énergie, nous nous devons de promouvoir ce type d’économies. Et ce programme répond pleinement aux trois axes de notre politique de développement durable: l’environnement, les économies d’énergie et l’aspect social», explique Pierre Olivier, chef de service à la municipalité.

Double aspect social
Ce programme possède un second volet social puisqu’il aide des jeunes en rupture à se réinsérer et d’autres en recherche d’emploi à s’insérer. C’est Onex Solidaire, le bureau d’insertion professionnelle destiné aux habitants de la commune, qui a présélectionné la majorité des treize conseillers engagés pour un mandat de trois semaines. Ils ont reçu une formation de deux jours aux SIG, avec

notamment des simulations de visites, des jeux de rôle et une présentation d’écogestes. «Cette démarche nous a séduits. Les trois quarts des participants des deux premières opérations ont renoué avec une formation ou un travail», se réjouit Pierre Olivier.

L’objectif avoué est de faire disparaître, d’ici à la fin de 2013, l’équivalent de la consommation de 600 logements à Genève. «Nous avons deux buts: visiter le maximum d’appartements et arriver à une diminution de la consommation de 15% à 20%», détaille Armand Rezzonico. Le responsable de l’association Terragir qui coordonne le programme, se veut optimiste: «Si tout le monde éteignait complètement les appareils en veille, ce qui représente 15% de la consommation suisse, on pourrait se passer de la centrale nucléaire de

Mühleberg!»

Partager l’expérience d’Onex avec Meyrin

Amandio Marques a perdu son travail l’an dernier, après vingt-trois années passées dans la même entreprise. La faute à une conjoncture difficile qui a contraint son employeur à se séparer de plusieurs salariés. «J’ai occupé plusieurs postes au fil des ans: câbleur en électronique, magasinier, responsable de production puis de la sous-traitance, acheteur et planificateur de vente. Lorsque je me suis trouvé au chômage, je ne savais pas du tout comment m’y prendre. Les conseillères d’Onex Solidaire m’ont appris à écrire mon premier CV et mes lettres de motivation. Celles que j’avais faites seul n’avaient rien à voir. C’est grâce à cette structure que j’ai pu commencer à me débrouiller seul!»

C’est également cette structure municipale qui lui a proposé ce mandat pour les SIG. L’Onésien de 41 ans a apprécié de nombreuses facettes de cette mission: «Déjà, le fait d’avoir retravaillé m’a beaucoup plu! J’ai aimé le côté relationnel: convaincre les gens de prendre rendez-vous puis les conseiller. Ils étaient tous très contents à la fin de la visite, c’est gratifiant. Le fait de travailler à plusieurs est enrichissant. C’est très important d’avoir des avis différents et de comprendre la façon dont les autres personnes voient les choses.»

Amandio Marques se montre très satisfait: «C’est un travail complètement différent de ce que j’ai pu faire avant. C’est bien sûr un plus pour mon CV, car les SIG sont une entreprise respectée.»

Il participe désormais à l’opération «écosociale» à Meyrin en tant qu’ambassadeur senior. Une dernière étape avant de trouver, espère-t-il, un nouvel emploi. ABZ

Bellavista, quartier modèle
Après le succès des opérations à Vernier et Onex, les SIG et la commune de Meyrin se sont associés pour sensibiliser quelque 1070 familles des immeubles HLM de Bellavista et les aider à réduire leur consommation d’énergie. Pour ce faire, l’antenne Objectif Emploi de Meyrin a recruté treize habitants de la commune, qui ont ensuite été formés par les SIG. Ces conseillers en écogestes seront soutenus par cinq «ambassadeurs expérimentés» durant les trois semaines que dureront les visites à domicile. Particularité de l’opération meyrinoise, celle-ci s’inscrit dans la continuité des efforts réalisés par l’école de ce même quartier dans le cadre du projet Robin des Watts. A l’instigation de l’association Terragir, l’école de Bellavista avait en effet limité sa consommation d’énergie, afin de dégager des moyens financiers en faveur d’une homologue péruvienne.

BPZ

Source: http://www.lecourrier.ch/energie_reduire_facture